Politique de la rue en Afrique

Depuis le début des années 2010, en écho aux printemps arabes, les sociétés africaines se soulèvent contre les régimes autocratiques et la tentation de leurs dirigeants de se maintenir au pouvoir au mépris des règles constitutionnelles. Vingt cinq ans après les premières transitions vers le pluralisme, une nouvelle vague de revendication démocratique gagne aujourd’hui le continent, portée par de nouveaux mouvements citoyens qui innovent dans leurs manières de mobiliser les foules, par la musique et les réseaux sociaux notamment. Leur activisme dessine un nouvel horizon des possibles de l’action citoyenne au Sud du Sahara fondé sur des réseaux militants transnationaux, une méfiance vis-à-vis des vieux systèmes de partis et une nouvelle forme de vigilance civique, à la fois radicale et légaliste – l’exigence du respect de la constitution, du nombre de mandats et du calendrier électoral étant au cœur des luttes. Faut-il y voir l’affirmation d’une nouvelle « rue-cratie » en Afrique ? Les succès des révoltes citoyennes au Sénégal et au Burkina Faso ne doivent pas masquer la répression qui s’abat sur les mouvements civiques dans les pays d’Afrique centrale et des Grands Lacs dont les dirigeants, instruits par la chute de Blaise Compaoré, semblent plus que jamais déterminés à maintenir leur hégémonie. Loin de toute « illusion héroïque » sur les manifestations civiques, ce carnet part du constat d’une pluralité et d’une ambivalence fondamentale des « politiques de la rue » qui ne se réduisent jamais à des oppositions binaire entre le « haut » et le « bas », entre des pouvoirs forcément corrompus et des « sociétés civiles » nécessairement démocratiques. En Afrique comme ailleurs, la « rue-cratie » peut mener s’accommoder de divers ordres politiques, soutenir le pluralisme comme un nouvel ordre prétorien.

Ces nouvelles vagues de mobilisations citoyennes s’accompagnent néanmoins d’une recomposition profonde des cultures urbaines et des modes d’occupation de l’espace public dont le carnet vise à rendre compte. “Parlementaires debout” de Kinshasa, “People’s Parliaments” de Nairobi, “Ebimeeza” de Kampala, “agoras” patriotiques d’Abidjan, “fada” de Niamey, “grins” ivoiriens, maliens ou “clubs cibals” burkinabè : dans la rue, sur une place ou dans un “maquis”, au coin d’un kiosque à journaux, les instances de débat fleurissent en Afrique au nom d’un objectif commun : la prise de parole des citoyens “ordinaires” sur l’actualité sociale et politique. En écho aux manifestants de la Place Tahrir au Caire, des “Indignados” de Madrid et des mouvements Occupy, de nouveaux modes d’investissement de l’espace urbain essaiment au Sud du Sahara : “Y’en à marre” au Sénégal, “Balai citoyen” au Burkina Faso, Filimbi et Lucha en RDC, “mercredi rouge” au Bénin, Sofa au Mali… Dans de nombreux pays du continent, les citoyens se mobilisent, s’assemblent et prennent la rue pour s’exprimer, protester, résister et prendre la parole. Les artistes ne sont pas en reste de cette dynamique comme en témoigne l’implication des rappeurs dans les mouvements suscités.

Comment analyser ces mouvements civiques et ces rassemblements populaires qui se présentent comme espaces « d’opinion publique de la plèbe » (Habermas) et comme alternatifs à l’espace public dominant ? Faut-il y voir de simples espaces de confrontation avec le pouvoir ou, dans certains cas, des courroies de transmission des mots d’ordre de celui-ci ? S’agit-il de lieux contre-hégémoniques, propices à l’émancipation citoyenne et générationnelle ou, au contraire, des instruments de dépolitisation et de reproduction d’un ordre postcolonial, fut-il nouvellement délibératif ? Que nous dit ce phénomène sur les conceptions de la souveraineté en vigueur dans telle ou telle société et sur la manière dont on pense les formes légitimes de la participation politique et de la prise de parole en Afrique ? Par sa diversité, que nous dit, enfin, cette « politique de la rue » de la mutation des cultures urbaines et de la façon dont les citoyens africains des Afriques d’aujourd’hui imaginent la cité de demain ?

Telles sont les grandes questions auxquelles ce carnet de recherche voudrait répondre en croisant les outils des sciences humaines et sociales avec les paroles d’acteurs et les productions d’artistes engagés dans ces luttes.