Rencontre d’Abidjan – Juin 2014

affiche-colloque-politique-de-la-rue-abidjan

“Parlementaires debout” de Kinshasa, “People’s Parliaments” de Nairobi, “Ebimeeza” de Kampala, “agoras” patriotiques d’Abidjan, “fada” de Niamey, “grins” ivoiriens, maliens ou burkinabè : dans la rue, sur une place ou dans un “maquis”, au coin d’un kiosque à journaux, les instances de débat fleurissent en Afrique au nom d’un objectif commun: la prise de parole des citoyens “ordinaires” sur l’actualité sociale et politique. En écho aux manifestants de la Place Tahrir au Caire, des “indignados” de Madrid et des mouvements Occupy, on observe de nouveaux modes d’investissement de l’espace urbain au Sud du Sahara : “Y’en à marre” au Sénégal,“Balais citoyen ” au Burkina Faso, “mercredi rouge” au Bénin, Yerewoloton au Mali…

Dans de nombreux pays du continent, les citoyens se mobilisent, s’assemblent et prennent la rue pour s’exprimer, protester, résister et prendre la parole.

Les artistes ne sont pas en reste de cette dynamique comme en témoigne l’implication des rappeurs dans les mouvements suscités.

Comment analyser ces mouvements civiques et ces rassemblements populaires qui se présentent comme espaces « d’opinion publ ique de la plèbe » et comme « alternatifs » à l’espace public dominant ? Faut-il y voir de simples espaces de confrontation avec le pouvoir ou, dans certains cas, des courroies de transmission des mots d’ordre de celui-­ci ? S’agit-­il de lieux contre-­hégémoniques, propices à l’émancipation citoyenne ou, au contraire, des instruments de dépolitisation et de subordination à un ordre postcolonial, fut-­il nouvellement délibératif ?

Que nous dit ce phénomène sur les conceptions de la souveraineté en vigueur dans telle ou telle société et sur la manière dont on pense les formes légitimes de la participation politique et de la prise de parole en Afrique ?

Loin de toute vision normative, le colloque tente d’éclairer ces questions par une comparaison des expériences et un croisement des approches académiques, artistiques et activistes. Ce faisant, il entend proposer un autre éclairage sur les problématiques de la citoyenneté en Afrique de l’Ouest, au moment où celle-­ci connaît des convulsions et se prépare à des scrutins majeurs (Côte d’Ivoire, Togo, Burkina Faso notamment en 2015).

Des recherches universitaire ont été menées récemment sur ce sujet des “parlements de la rue” dans le cadre du Joint African Studies Program (Université Paris 1, Columbia University, Sciences Po Paris) avec le soutien financier du Partner University Fund. Ces travauxont été publiés dans les revues Politique africaine (n°127 octobre 2012) et Africa (n°83-­2, 2013).

La riche actualité de ce phénomène des mouvement civiques que l’on observe en Afrique de l’Ouest, notamment depuis les printemps arabes, incite à ouvrir un espace de débat impliquant chercheurs, artistes et activistes de la société civile qui permette de réfléchir aux nouvelles formes de prise de parole dans l’espace public. La rencontre d’Abidjan sera l’occasion d’échanges et de débats publics, mais aussi de projections de films et de performances artistiques qui donnent à voir ces engagements citoyens dans toute la diversité et leur pluralité.

Organisateurs et responsables scientifiques :

  • Prof. Richard Banégas, CERI-­Sciences Po Paris
  • Abdramane Kamaté, Institut français d’Abidjan

Lieu principal du colloque :

  • Amphithéâtre de l’ENSEA (Ecole nationale de Statistique et d’économie appliquée),
  • Campus de l’Université Félix Houphouët Boigny (entrée côté école de police)

programme-final-politique-de-la-rue-avec-guidelines


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.