Réinventer la démocratie en Afrique

Là-bas, quelle heure est-il ?

Conférence Débat, le samedi 28 janvier de 14h30 à 17h00 – bibliothèque de la Part-Dieu https://www.bm-lyon.fr/spip.php?page=agenda_date_id&source=326&event_id=2584&lang=fr

Nouvelles pratiques de la citoyenneté et modes d’expression singuliers du peuple, en particulier des jeunes comme facteurs de transitions démocratiques en Afrique.

image Réinventer la démocratie en Afrique

Regroupement de jeunes dans un espace de discussion de rue “Parlement” au Plateau
copyright : Zenman

Bien que voilée par des conflits nombreux, des manipulations électorales et des tentations autoritaires, la démocratie en Afrique a fait des progrès indéniables. Elle se réalise dans un contexte de contraintes multiples, internes et externes, et les incertitudes politiques demeurent. Mais, un peu partout, les populations ont pris conscience de leur pouvoir. Quand le résultat des urnes ne suffit pas, elles n’hésitent pas à faire entendre leurs voix dans l’espace public, les réseaux sociaux, au sein d’instances de participation qui se multiplient ici et là. La liberté de la presse, les partis d’opposition, les syndicats et les associations apparaissent plus que jamais indispensables au sein d’un jeu social renouvelé. Rarement exempt de frottements, voire de violences, ce jeu social permet l’émergence d’une réelle conscience citoyenne, souvent portée par une jeunesse avide de transition politique qui interroge la souveraineté : “Y’en a marre” au Sénégal, “Tournons la page” au Cameroun, “Trop c’est trop” au Tchad, “Balai citoyen” au Burkina Faso, mais aussi “Parlementaires débouts” à Kinshasa, “Grins” à Bamako ou Abidjan, ou “Fada” de Niamey, sont autant de formes de cette vitalité citoyenne.

La diversité des situations sur le continent rend bien sûr illusoire une réflexion globale sur la démocratie en Afrique. Il est également nécessaire de tenir à distance toute démarche normative qui tendrait à confronter un idéal-type de la démocratie européenne à des situations propres à l’Afrique mais plutôt « à réfléchir à la généalogie des pratiques, des institutions qui ont pu conduire à telle ou telle conception de la citoyenneté et de la discussion publique » (Florence Brisset-Foucault/ Richard Banégas/ Armando Cutolo, Politique africaine n° 3/2013).

C’est ce que la Bibliothèque tentera de faire en donnant la parole à la fois à des acteurs et à des observateurs de ces nouvelles pratiques de la citoyenneté et de ces espaces publics d’expression et de discussion en Afrique notamment dans la jeunesse.

 

Intervenant(s) :

Serge, alias Smockey Bambara – artiste

Smockey est certainement un des rappeurs et musicien de hip-hop les plus réputé du Burkina Fasso. Dans ses textes, il aborde des thèmes politiques, sociaux et aussi ceux de la vie de tous les jours, dans le style “débrouille”, qui constitue le quotidien au Burkina. En 2014, il participe activement à la fondation du Balai citoyen, le mouvement qui orchestrera les soulèvements populaires responsables de la chute du président Blaise Compaoré. VISITER SON SITE INTERNET

Florence Brisset-Foucault – chercheuse

Maître de conférences en science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.Elle fait partie de l’équipe de recherche de l’Institut des mondes africains. Ses travaux portent notamment sur la citoyenneté, sur les formes de la critique, de l’expression et de la participation politiques et sur l’histoire et la sociologie des médias. VISITER SON SITE INTERNET

Mantchini Traoré – Entrepreneuse culturelle

Entrepreneuse culturelle malienne et initiatrice de L’instant ‘’Thé’’, une émission de téléréalité sur la citoyenneté qui a pour but d’engager les groupes de jeunes dans le développement de leur quartier en particulier et du Mali en général. VISITER SON SITE INTERNET


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.